Découvrir
Actualité
14 Mar 2022

Vers des astronautes augmentés

Calendar Le 14 Mar 2022
Texte

ICO et Tietronix s’associent pour développer une solution innovante de surveillance et de diagnostic cardiologique pour les astronautes en mission.

 

La cardio-oncologie

Les débuts de la cardio-oncologie datent des années 1960 par l’observation de patients développant une insuffisance cardiaque après avoir été traités par chimiothérapie, mais le terme n’est réellement apparu qu’en 1996.

Le lien entre la cardiologie et le cancer est étroit.

  • Les pathologies cardiaques et cancéreuses ont des facteurs de risque commun.
  • Il existe un cardiotoxicité liée aux anticancéreux (anthracyclines, thérapies ciblées, immunothérapie) et à la radiothérapie thoracique
  • La cardiotoxicité est également liée au cancer lui-même: thromboses veineuses plus fréquentes, atteinte du muscle cardiaque, accélération de l’athérosclérose
  • Enfin, on note que l’incidence des cancers chez les insuffisants cardiaques est plus élevée (facteurs de risque communs, inflammation)

 

La cardio-oncologie est donc une discipline récente dont le but est de prévenir et prendre en charge les affections cardiovasculaires chez les patients atteints de cancer, avant pendant et après leur traitement.

En pratique, la cardio-oncologie a toute sa place dans la prévention des pathologies cardiovasculaires avec des évaluations notamment pré-thérapeutiques dédiées qui comprennent outre l’examen cardiologique standard un dépistage des facteurs de risque cardiovasculaires et leur correction,  une éducation du patient aux symptômes, l’incitation à la pratique d’une activité physique adaptée et l’identification de populations à risque.

Pendant le traitement, la cardio-oncologie va surveiller d’éventuelles complications notamment la cardiotoxicité liée aux traitements prescrits (chimiothérapie, immunothérapie, thérapie ciblée, hormonothérapie).

Après le traitement, la cardio-oncologie établit le protocole de surveillance des patients sur le plan cardiovasculaire en dépistant les éventuelles complications tardives post thérapeutiques

À l’Institut de Cancérologie de l’Ouest, l’expertise de l’équipe dédiée, menée par Dr Elvire Martin-Mervoyer, permet une prise en charge complète des patients.

C’est cette expertise pointue que la société Tietronix est venue chercher à l’ICO, pour développer une solution dédiée aux professionnels du secteur aérospatial.

 

Surveillance cardiaque des astronautes en mission

Tietronix est une société américaine fondée en 1999, établie à Houston près du centre spatial Johnson de la NASA et en Bretagne, présidée par Jean-Loup Chrétien, premier Français à aller dans l'espace.

Spécialisée dans la simulation, le software, la 3D, la réalité virtuelle, l’intelligence numérique, cette société travaille beaucoup avec la NASA et le monde médical, notamment sur la cardiologie.

Partis du constat que la surveillance et le diagnostic à distance de la santé cardiaque des astronautes devaient être optimisée, la société Tietronix s’est rapprochée de l’ICO afin d’imaginer ensemble comment tirer profit de l’expérience et l’expertise de l’équipe de cardio-oncologie. 

 

Un partenariat innovant pour une surveillance et un diagnostic plus réactifs

Le partenariat entre Tietronix et l’ICO représente un croisement de filières et d’expertises donnant naissance à une application innovante, opérationnelle à court terme. Ce projet s’inscrit directement dans la stratégie d’Innovation de l’ICO.

 

D’un côté, Tietronix apporte la connaissance fine du milieu aérospatial et des besoins des astronautes.

De l’autre, l’ICO apporte l’expertise pointue et une grande base d’images permettant de développer une intelligence spécifiquement ciblée sur les besoins de ces patients de l’espace.

De ce croisement naît une toute nouvelle solution logicielle permettant aux astronautes, depuis l’espace, de réaliser leurs échographies cardiaques de manière autonome, et de détecter de façon précoce d’éventuelles anomalies, sans dépendre d’échanges parfois ralentis avec les équipes sur Terre.

Le but est donc de développer un logiciel d’intelligence artificiel, en se basant sur la banque des données échographiques réalisées à ICO, transmises après sélection et de manière anonymisée par plateforme sécurisée à TIETRONIX.

D’autres domaines d’applications sont envisageables pour cette solution logicielle, d’autres industries où le personnel est isolé ou confiné.

 

Sur la photo de gauche à droite : Pr Mario CAMPONE - DG de l’ICO, M. Jean-Loup Chretien – Tietronix, Dr Elvire MARTIN-MERVOYER, onco-cardiologue à l’ICO, M. Michel IZYGON – Tietronix.