Traitements

Liste des blocs

La chimiothérapie

Texte

La chimiothérapie est un traitement qui consiste à utiliser des médicaments contre les cellules cancéreuses (par injection dans un site implantable ou par voie orale). Elle agit sur toutes les cellules cancéreuses, même sur celles qui n’ont pas été détectées par les examens d’imagerie.

Depuis quelques années, les traitements biologiques du cancer ou thérapies ciblées sont utilisés à la place ou avec la
chimiothérapie. Ces médicaments sont administrés soit par voie intraveineuse, soit sous forme de comprimés à prendre
au domicile.

Le protocole thérapeutique associe, la  plupart du temps, un traitement locorégional (chirurgie, radiothérapie) et un traitement général (chimiothérapie, hormonothérapie, thérapies ciblées) pour parer à une éventuelle dissémination de la maladie.

Image

La chirurgie

Texte

La chirurgie est la pierre angulaire de la prise en charge d'un grand nombre de cancers.

Sa place dans l'ensemble des moyens thérapeutiques s'est beaucoup modifiée parallèlement au développement de la radiothérapie, de la chimiothérapie, et de la connaissance de la biologie des tumeurs. Sa spécificité explique l'apparition de la notion de chirurgie oncologique, réalisée par des chirurgiens ayant une formation en oncologie. Ils participent régulièrement aux comités multidisciplinaires de cancérologie.

Chirurgie de diagnostic:
Certains actes chirurgicaux permettent le diagnostic du cancer, comme par exemple la réalisation d'une hystéroscopie (examen endo-utérin) qui permet le diagnostic d'une tumeur de l'utérus.

Chirurgie curative :
Son action vise à enlever complètement la tumeur. Selon le cas, il peut s'agir d'enlever simplement le foyer tumoral, dans d'autres cas, il peut être nécessaire d'y associer l'ablation des ganglions, ou d'autres tissus avoisinants. La chirurgie peut être conservatrice de l’organe ou au contraire radicale imposant l’ablation complète de l’organe malade ce qui fait intervenir les notions de reconstruction.

Chirurgie de reconstruction ou plastique :
Pour que les séquelles soient les moins importantes possibles, il existe des chirurgies réparatrices réalisées dans le même temps, ou de façon différée, dont le but est de maintenir une fonction (ex.: création d'un réservoir après ablation d'une vessie), ou un aspect esthétique (ex.: reconstruction d'un volume thoracique après ablation d'un sein).

Chirurgie mini-invasive :
Parfois pour accéder aux tumeurs il est nécessaire de réaliser de grandes ouvertures de la paroi soit abdominiale, les laparotomies, soit thoracique, les thoracotomies. Mais parfois on peut accéder aux gestes curatifs sans ouverture, c’est ce que l’on appelle la chirurgie mini-invasive ; coelioscopie plus ou moins robot assitée. Cela permet de réduire les risque de complication, d’accélérer la récupération post opératoire, de réduire les rançons cicatricielles et de favoriser le retour rapide à domicile.

Image

Sous-titre
Les traitements combinés

Texte

Dans certaines situations il est possible d’associer dans le même temps opératoire, au cours de la même anesthésie, un temps de chirurgie et un temps de chimiothérapie ou de radiothérapie.

La Chimiothérapie Hyperthermique Intra Péritonéale (ou CHIP) est l’association d’une chirurgie complète des nodules cancéreux de l’abdomen et d’une chimiothérapie intra péritonéale, intra-abdominale, chauffée a 41-42°C. Ce traitement est proposé dans certains cancers en routine, comme les maladies rares du péritoine, certains cancers digestifs, certains cancers de l’ovaire, ou à travers d’essais de recherche clinique.

La radiothérapie intra-opératoire, avec la machine Intrabeam ® permet de faire la radiothérapie du cancer du sein immédiatement après que le chirurgien ait retiré la tumeur en conservant le sein.

L'immunothérapie

Texte

L’immunothérapie est un traitement qui vise à stimuler le système immunitaire, les lymphocytes T, afin que celui ci s'attaque encore plus efficacement aux cellules cancéreuses. Dans cette approche, le système immunitaire est vu comme un médicament naturel et non pas chimique. Deux types de molécules d’immunothérapie sont utilisés : les anticorps monoclonaux et l’interféron alpha.

Radiothérapie

Texte

La radiothérapie consiste à utiliser des rayonnements (on dit aussi rayons ou radiations) pour détruire les cellules tumorales en bloquant leur capacité à se multiplier. En fonction de l'emplacement de la source de rayonnement, on distingue :

La radiothérapie externe
Le patient étant allongé sur la table de traitement, la source d'irradiation, située à distance, délivre des rayonnements qui atteindront leur cible en traversant la peau et les organes interposés. Le bon déroulement de cette séance est suivi par les manipulateurs par vidéosurveillance.

La curiethérapie
On utilise des sources radioactives scellées (iridium, césium) placées au cours d'une intervention directement dans les tissus tumoraux ou dans une cavité naturelle. Elle permet la mort des cellules cancéreuses et une bonne préservation des cellules saines. La Curiethérapie permet un traitement conservateur en alternative à la chirurgie qui peut-être mutilante. Elle permet donc la préservation des organes mais aussi leur fonction.

Image

L'hormonothérapie

Texte

Elle est constituée de médicaments qui agissent au niveau des hormones, se prend généralement sur de longues périodes, le plus souvent sous forme de comprimés mais peut également être injectée. Elle est indiquée pour des tumeurs hormono-sensibles (sein, prostate) mais peut aussi être utilisée dans d'autres maladies cancéreuses.

Quelle stratégie ?

Texte

En fonction des pathologies mais aussi des stades des différents cancers, la meilleure attitude peut être de programmer la chirurgie puis les traitement adjuvants, chimiothérapie, thérapies ciblées, radiothérapie, ou au contraire de programmer d’abord des traitements dit « néoadjuvants » puis la chirurgie.

Cette discussion sur la programmation opératoire, la stratégie, est une des caractéristiques de la chirurgie oncologique qui s’inscrit dans un processus multi-disciplinaire.