Cancer de l'ovaire

Liste des blocs

Points clés

Texte

Les cancers de l’ovaire se développent à partir des cellules qui les composent. Dans 90 % des cas, c’est la surface externe des ovaires (cellules épithéliales) qui est touchée. On parle d’adénocarcinome.

Le cancer épithélial de l’ovaire concerne majoritairement les femmes après la ménopause : l’âge médian lors du diagnostic est de 65 ans.

Les chiffres clés des cancers de l’ovaire en France :

  • 4 714 nouveaux cas et 3 111 décès projetés en 2017 
  • 8e rang en termes de fréquence chez la femme 
  • 4e rang en termes de mortalité chez la femme
  • Survie nette à 5 ans estimée à 43 %

Diagnostic

Texte

Les principales circonstances de découverte du cancer de l'ovaire sont :
A un stade précoce :
Découverte d’une masse annexielle lors d’un suivi gynécologique ou d’un examen d’imagerie.

À un stade avancé (cas le plus fréquent) :
    • Inconfort abdominal
    • Douleurs pelviennes ou abdominales
    • Augmentation progressive du volume abdominal due à une masse ou à une ascite
    • Saignements, pertes vaginales anormales
    • Symptômes de compression abdominopelvienne : troubles du transit, subocclusion, faux besoins,
    • symptômes urinaires (impériosités, pollakiurie)
    • Symptômes de compression veineuse ou radiculaire : œdème d’un membre inférieur, phlébite ou
    • sciatalgie
    • Dyspnée qui peut être en rapport avec un épanchement pleural
    • Douleur thoracique
    • Altération de l’état général

Le bilan initial devant une suspicion de cancer de l'ovaire peur prendre plusieurs forme :
Imagerie :
    • Échographie pelvienne par voie suspubienne et par voie endovaginale 
    • IRM pelvienne : en cas de masse ovarienne suspecte de malignité ou indéterminée en échographie Un score de risque de malignité de type ADNEX MR caractérise l’image annexielle dans le compte rendu 

Marqueurs Tumoraux :
En particulier le CA125 sérique : en cas de masse ovarienne indéterminée à l’imagerie.

Traitements

Texte

Le choix des traitements est adapté à votre situation. Plusieurs médecins de différentes spécialités se réunissent pour évaluer les différentes options de traitements possibles dans votre cas, en prenant en compte les caractéristiques de la maladie, mais également votre âge et votre état de santé général.

Le traitement des cancers de l’ovaire repose principalement sur la chirurgie, qui vise à supprimer la totalité de la tumeur et de ses éventuelles extensions en dehors des ovaires. Dans la grande majorité des cas, il est recommandé de retirer les deux ovaires, les deux trompes de Fallope et l’utérus. D’autres organes proches des ovaires peuvent également être retirés si le cancer s’y est étendu. Des échantillons de tissus sont systématiquement prélevés à différents endroits de l’abdomen, afin de les analyser et de préciser le degré d’extension du cancer. 

Dans des cas plus rares, une chirurgie conservatrice peut être envisagée. Elle consiste à laisser en place un ovaire, une trompe de fallope et l’utérus, afin de rendre possibles les grossesses ultérieures.

Une chimiothérapie peut être nécessaire, soit avant la chirurgie pour réduire la taille de la tumeur et faciliter son extraction, soit après la chirurgie, pour la compléter et limiter les risques de récidive.

Lorsqu’une chirurgie ne peut être envisagée à cause de l’étendue trop importante de la tumeur, la chimiothérapie est le traitement principal du cancer.
Votre prise en charge est globale et comprend non seulement le traitement du cancer lui-même, mais aussi le traitement, voire la prévention lorsque cela est possible, des effets secondaires de la maladie et des traitements, notamment la fatigue, la douleur ou la souffrance morale.

 

Source INCa